Ce blog vient en complément du site du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] (www.collectifvan.org). Le Collectif VAN lutte contre le négationnisme d'Etat de la Turquie qui, près d'un siècle après les faits, refuse toujours de reconnaître le génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes.

Friday, June 24, 2016

La Règle du Jeu : L'AFP et les deux "thèses" du génocide arménien

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le site de La Règle du Jeu a publié le 24 juin 2016 l'article de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme], intitulé "L’AFP et les deux « thèses » du génocide arménien".

La Règle du Jeu

L’AFP et les deux « thèses » du génocide arménien

par Séta Papazian

24 juin 2016

Dans une dépêche traitant de la visite du Pape François en Arménie, l’AFP choisit de faire d’un génocide largement documenté l’objet d’un débat entre deux « thèses » – arménienne et turque – qui seraient également valides.


Dès lors qu’il s’agit des meurtres de masse de 1915, l’AFP se distingue en affublant trop souvent de guillemets le mot « génocide », y compris lorsque cela ne correspond à aucune citation dans le texte. Et alors qu’elle pourrait se contenter de souligner que la Turquie persiste dans son déni, l’AFP choisit de relayer, en détail et sans mise en garde, l’histoire falsifiée, âprement défendue par l’État turc. Les agences de communication – mandatées à coups de millions de dollars par Ankara et Bakou – en rêvaient, l’AFP s’en charge, gracieusement.

Imaginerait-on une double présentation de la Shoah « selon les Juifs » et « selon Faurisson », à chaque fois qu’est abordée dans la presse l’annihilation des Juifs d’Europe ? La simple évocation de cette hypothèse fait frémir.

Merci de lire la suite de l'article sur le site de La Règle du Jeu
 

Légende photo: Commémoration du génocide arménien organisée le 24 avril 2015 à Istanbul par l’IHD (Association turque des droits de l’homme). Les manifestants tiennent des portraits de Sevag Balikci, jeune arménien de Turquie, assassiné le 24 avril 2011, à la date anniversaire du génocide. Copyright : Séta Papazian/Collectif VAN

Wednesday, June 10, 2015

Turquie : Attaque contre l'église grecque de Kadikoy (Istanbul)

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Un individu a tenté d'incendier l'église grecque orthodoxe Aya Triada de Kadikoy, à Istanbul. La porte de l'église a été endommagée. L'auteur de l'attaque aurait été arrêté. Cette attaque intervient alors que le HDP (Parti démocratique des peuples) - parti pro-kurde ouvert à toutes les minorités de Turquie - a fait une entrée fracassante au parlement turc, avec des députés dont deux sont issus des minorités chrétiennes. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en turc publié le 10 juin 2015 sur le site Nor Zartonk.

Légende photo: La porte de l'église grecque orthodoxe Aya Triada de Kadikoy, à Istanbul


Nor Zartonk

Agos

10 juin 2015

Un individu vu avec un bidon d'essence a tenté d'incendier l'église grecque orthodoxe Aya Triada de Kadikoy, située avenue Nispetiye (Hacı Şükrü) à Istanbul.

Il a été maîtrisé par les gens du voisinage. La police et les pompiers sont arrivés sur les lieux mais l'incendie avait déjà été éteint par les habitants du quartier.

Le suspect répond au nom de Muhammed Ş. Il aurait été arrêté et conduit au poste de police.

La Fondation Konstantin Kiracopolos a fait un communiqué concernant cet incendie volontaire.

Elle a porté plainte pour dégradation de la porte de l'église.

Traduction du turc Collectif VAN - www.collectifvan.org - 10 juin 2015


Article en ligne  sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)
Turquie : Attaque contre l'église grecque de Kadikoy (Istanbul)

Tuesday, June 09, 2015

Kamp Armen : Première action citoyenne des Arméniens de Turquie

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L'action citoyenne menée par les jeunes Arméniens de Nor Zartonk, en faveur de l'orphelinat arménien de Kamp Armen (près d'Istanbul), a passé samedi 6 juin le cap des 30 jours. À cette occasion, le Collectif VAN vous invite à lire la traduction en français d’un article en anglais publié sur le site Al Monitor le 17 mai 2015.


Légende : Manifestation à Istanbul vendredi 22 mai 2015


Al Monitor

La première manifestation de rue des Arméniens de Turquie

Publié le 17 mai 2015

Par Sibel Hurtas
Traduction en anglais par Timur Göksel

La jeunesse arménienne de Turquie a lancé une campagne de protestation contre la démolition de Kamp Armen, l'orphelinat arménien, qui hébergeait des centaines d'enfants arméniens au cours des sessions d'été. La communauté arménienne exige que l'orphelinat soit préservé et qu'il lui soit rendu. Cela paraît peu probable, mais il est significatif que cela soit la première manifestation de rue des Arméniens de Turquie pour exprimer leurs revendications ces derniers temps.

Kamp Armen symbolise la longue saga de la déportation et des massacres des Arméniens subis sur le sol anatolien. Son histoire commence avec l'achat d'une parcelle de terrain appartenant à une personne privée, par l’Église protestante arménienne de Gedikpasa, pour y abriter les orphelins arméniens qui vivaient en Anatolie et qui étaient étiquetés comme des «restes de l'épée» par les Arméniens [Nota CVAN: non, ce sont les Turcs qui nommaient ainsi les rescapés arméniens]. Le camp de l'orphelinat a été construit en 1962 par les orphelins eux-mêmes sous la surveillance d'un maître d’œuvre.

Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

Kamp Armen : Première action citoyenne des Arméniens de Turquie 

Monday, June 08, 2015

100 ans après le génocide arménien, 3 Arméniens entrent au parlement turc

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Communiqué de Presse – Le 8 juin 2015


Légende photo : Garo Paylan


Avec 13% des votes aux élections législatives, le HDP (Parti démocratique du peuple) crée un séisme politique en Turquie et montre la farouche obstination de ceux qui comptent s'opposer à la dictature mégalomane d'Erdogan. Mais l'autre information à retenir de ces résultats du dimanche 7 juin, est que trois Arméniens, Garo Paylan (HDP), Selina Ozuzun Dogan (CHP) et Markar Esayan (AKP) font leur entrée au parlement turc en cette année 2015, où l'on commémore le génocide arménien de 1915. Le symbole est fort, même si, dans les faits, seul Garo Paylan, membre du HDP, porte un message clair sur la reconnaissance du génocide arménien et les réparations dues par l'État turc. Il y aurait déjà eu des députés arméniens dans les années 50, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Histoire n'a pas retenu leur nom. Elle se souvient par contre des députés arméniens Krikor Zohrab et Vartkes, le premier étant un ami personnel de Talaat Pacha, ministre de l'Intérieur Jeune-Turc en 1915 : jusqu'à la dernière minute, Krikor Zohrab n'avait pu se résoudre à croire en la réalité du plan génocidaire machiavélique mis en place par son grand ami Talaat Pacha. Il le paya de sa vie. Tout comme 1.500.000 Arméniens de Turquie...

Le HDP est le seul parti turc à vouloir représenter la Turquie dans toute sa diversité culturelle, sociétale et ethnique. Un député sortant, d’origine assyrienne, Erol Dora, est d'ailleurs également réélu sous cette même étiquette. Rappelons que sa communauté a également été victime du génocide de 1915 qui a frappé les chrétiens de l'Empire ottoman.

Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

100 ans après le génocide arménien, 3 Arméniens entrent au parlement turc 

Thursday, May 28, 2015

Turquie : La lutte contre les spoliations des biens arméniens est en marche


Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Ce samedi 23 mai 2015 au soir, l'association de jeunes Arméniens d'Istanbul, Nor Zartonk, a publié une déclaration majeure concernant Kamp Armen, cet orphelinat saisi par l'Etat turc dans les années 80 et qui était en passe d'être détruit arbitrairement. Au 18ème jour de ce qui restera comme la première résistance citoyenne arménienne en Turquie depuis le génocide, le propriétaire turc de Kamp Armen, Fatih Ulusoy, a déclaré qu'il allait transférer les droits de propriété du Kamp à son propriétaire original, la Fondation arménienne protestante de Gedikpasa. Le communiqué de Nor Zartonk ouvre le champ des possibles pour toutes les confiscations et les spoliations par l’État turc des biens arméniens, des propriétés et des édifices de l'héritage culturel arménien. Merci aux militants de Nor Zartonk, ainsi qu'à tous ceux qui, parmi les Arméniens d'Istanbul et les non-Arméniens (Turcs et Kurdes du HDP essentiellement), ont participé de près ou de loin à cette lutte qui ne cessera que lorsque le transfert des titres de propriété sera effectif. Un combat porté également par une association européenne alertée par le Collectif VAN (voir plus bas). Le Collectif VAN vous propose ci-dessous la traduction de cet appel de Nor Zartonk.

Légende : Manifestation à Istanbul vendredi 22 mai 2015


Nor Zartonk

Traduction en français : Collectif VAN - www.collectifvan.org

23/05/2015

Chers amis, camarades du monde entier, aujourd'hui, au 18ème jour de notre résistance à Kamp Armen, le propriétaire actuel du Kamp, Fatih Ulusoy, vient de déclarer qu'il allait transférer les droits de propriété du Kamp à la Fondation arménienne protestante de Gedikpasa.

Pour la presse, pour la communauté nationale et internationale qui a suivi et soutenu notre résistance, nous déclarons encore une fois que notre lutte va se poursuivre, et que nous ne quitterons pas Kamp Armen tant que le titre de propriété et les droits de propriétés liés ne seront pas entièrement transférés à la Fondation. Nous ne finirons pas notre lutte pour Kamp Armen tant que le transfert des droits de propriété, le processus formel d'enregistrement des titres fonciers ne sera pas officiellement terminé.

C'est pourquoi nous tenons à rappeler que la question de la confiscation, de la destruction et de l'usurpation par l’État des biens arméniens, des propriétés et des édifices de l'héritage culturel arménien, ne se limite pas à Kamp Armen. Des centaines d'autres établissements, des bâtiments, des églises, des écoles, et des propriétés privées ou collectives qui ont appartenu au peuple arménien, ont partagé le même destin que Kamp Armen. La solution pour ces lieux ne peut être trouvée avec des efforts individuels; elle doit plutôt être poursuivie collectivement, et selon les revendications politiques du peuple arménien.

Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)
Turquie : La lutte contre les spoliations des biens arméniens est en marche

Saturday, April 25, 2015

Azerbaïdjan, le génocide blanc à la « Daech »

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L’Azerbaïdjan, pays turcophone allié d’Ankara, poursuit de manière décomplexée une politique raciste et anti-arménienne, basée sur les meurtres, les pogroms (dont les plus récents remontent aux années 1988-1992) et la destruction du patrimoine culturel arménien millénaire. Le chef de l’Etat, Ilham Aliyev, qui se voit en souverain à vie de ce « Quatar du Caucase », aurait tort d’avoir des scrupules : les Etats dits démocratiques lui font les yeux doux et la danse du ventre. Ainsi, le président de la République française, François Hollande, après avoir honoré - ce 24 avril à Erevan (Arménie) - la mémoire des victimes du génocide arménien de 1915 dont on commémore le centenaire, n’hésite pas à se rendre le lendemain à Bakou qui prône pourtant l’éradication des Arméniens. On imagine que la version officielle de l’Elysée mettra en avant la volonté présidentielle de résoudre le conflit du Haut-Karabagh et non pas de promouvoir des accords commerciaux…

A cette occasion, rappelons que l’Azerbaïdjan a détruit pas moins de 27.000 monuments culturels arméniens au Nakhitchevan de 1998 à 2006, dont les milliers de croix de pierre (khatchkars) du cimetière médiéval de Djulfa. Cette politique de profanation radicale d’un patrimoine chrétien n’est pas sans rappeler les exactions actuelles de l’organisation Etat islamique. Cette dernière a d’ailleurs des ramifications en Azerbaïdjan, où d'aucuns estiment que le succès, dans le pays, de la prolifération de l'idéologie islamiste fondamentaliste, serait impossible sans un soutien au sein des organes au pouvoir à Bakou. Soulignons par ailleurs que l’Azerbaïdjan s’en prend également à l’une de ses minorités musulmanes, celle des Taliches, de langue iranienne, dont les mosquées sont détruites. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais publié sur le site Arminfo le 1er avril 2015.



Arminfo

par David Stepanyan

Mercredi 1er avril 2015, 13h49

Argam Ayvazian (historien): Pas moins de 27.000 monuments culturels arméniens détruits au Nakhitchevan de 1998 à 2006

Pas moins de 27 000 monuments culturels arméniens ont été détruits au Nakhitchevan durant la période 1998-2006, a indiqué à Arminfo, Argam Ayvazian, historien arménien et spécialiste en études culturelles.

"Il est à noter qu’avant 1998, le processus de destruction des églises, des chapelles, des khatchkars arméniens et d’autres monuments culturels et historiques se poursuivait d'une manière relativement lente. Pendant les années soviétiques, près de 30 monuments ont été détruits dans la République socialiste soviétique autonome du Nakhitchevan," a-t-il dit.

Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

Azerbaïdjan, le génocide blanc à la « Daech »

Friday, April 24, 2015

La Turquie face au tsunami du Centenaire du génocide arménien

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Huffington Post a publié sur son site l'article de Séta Papazian, présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] intitulé "La Turquie face au tsunami du Centenaire du génocide arménien" le 24 avril 2015.


Légende : Commémoration du génocide arménien à Istanbul, Turquie, le 24 avril 2014.


Le Huffington Post

Séta Papazian ,
Présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

Publication: 24/04/2015

En ce 24 avril 2015, malgré tous ses efforts, la Turquie n'échappe pas au tsunami du Centenaire du génocide arménien. Qu'il s'agisse des cérémonies étatiques que l'Arménie organise à cette occasion et auxquelles des chefs d'État assisteront, tel François Hollande qui avait - le premier - répondu à l'invitation du président Serge Sarkissian, qu'il s'agisse d'initiatives portées en Turquie par les sociétés civiles européenne, turque ou kurde, de projets de l'Arménie ou des Arméniens de la diaspora, de créations artistiques et cinématographiques, d'émissions télévisuelles et radiophoniques, d'articles innombrables dans les plus grands médias du monde entier, d'expositions concernant 1915, de colloques, de publications historiques, de romans, de bandes dessinées, de campagnes d'affichage publicitaire, de déclarations officielles émanant de personnalités (hormis Obama qui, une fois de plus, devrait faillir à sa promesse de prononcer le "G word" à l'occasion de son communiqué annuel du 24 avril, ce qui - à défaut de lui donner une stature historique - lui évitera au moins d'être la cible de menaces de mort comme celles visant le pape François), ou qu'il s'agisse de résolutions votées par des parlements reconnaissant le génocide arménien (ce que l'Allemagne - allié trop conciliant de la Turquie durant la Première Guerre mondiale - s'apprêterait à faire aujourd'hui) et enjoignant la Turquie d'en faire autant, il semblerait qu'une vague de sang et de larmes venue de la nuit des temps, mais aussi et surtout une vague d'indignation, s'abatte sur cet État qui, depuis 100 ans, a érigé le négationnisme en dogme absolu.


Lire et liker l'article sur le site du Huffington Post :

La Turquie face au tsunami du Centenaire du génocide arménien