Ce blog vient en complément du site du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] (www.collectifvan.org). Le Collectif VAN lutte contre le négationnisme d'Etat de la Turquie qui, près d'un siècle après les faits, refuse toujours de reconnaître le génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes.

Sunday, May 05, 2013

Turquie : solidarité internationale pour « les victimes de génocide »

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La journaliste Tugba Tekerek a interviewé à Istanbul quatre Arméniens de la diaspora, dont deux faisaient partie de la délégation de l’EGAM venue à l’occasion des Commémorations du génocide arménien organisées par l’IHD et DurDe! Elle remarque : « par rapport aux années précédentes, c’est une commémoration du 24 avril très différente, avec une solidarité internationale. » Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, membre de cette délégation antiraciste, a été brièvement interviewée à l’issue des commémorations. Le Collectif VAN vous propose la traduction de cet article en turc paru dans le journal progressiste de Turquie, Taraf, le 25 avril 2013.

Légende : Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, et Georgi Ambarzumjan (UGAB - Allemagne), membres de la délégation EGAM/UGAB/DurDe/IHD qui comprenait aussi des représentants de SOS Racisme et de l'UEJF, ont été interviewés à Istanbul par le journal progressiste turc Taraf.


Journal Taraf


Tugba TEKEREK - 25.04.2013

Lorsque j’ai vu les Turcs, j’ai failli pleurer

Des centaines de personnes de défenseurs de droits de l’homme se sont réunis à Istanbul pour commémorer les victimes de génocide : ici nous commémorons un monde disparu en 1915, 1,5 million d’Arméniens ont été tués.

Anahit, 82 ans, est venue de France. Elle raconte sans s'arrêter. Son passé, ses parents, le génocide.  Elle ne veut pas donner son nom de famille.  Elle a été élevée dans la peur. Enfant, sa mère lui a conseillé « ne parle pas en arménien, ne montre pas que tu es Arménienne, ils te jetteront par la fenêtre et diront que tu es tombée ». Son amie arménienne, à qui elle allait rendre visite en Turquie pour deux semaines, a hésité à aller à la commémoration du 24 avril. « Mais comment les Turcs sont-ils venus en prenant autant de risques ? » dit-elle dans un état second. A la commémoration sur la tombe du gouverneur de Kutahya, Faik Ali Ozansoy, « quand j’ai vu les Turcs là-bas, j’ai failli pleurer » dit-elle.


En fait, les Turcs ont commencé à prendre ces risques depuis déjà 5 ans. Je me rappelle la première commémoration, [ils étaient] pleins d'inquiétude et le cœur plein de palpitations. Après la première édition pour la commémoration du 24 avril qui s’est propagée dans différentes villes en Turquie, les évènements sont dorénavant organisés dans les différentes villes durant plusieurs jours. Et ce qui est nouveau cette année, c’est la participation aux côtés des défenseurs des droits de l’homme de Turquie, d’une délégation internationale de militants contre le nationalisme, et de plusieurs Arméniens venus de l’étranger.


Première commémoration au cimetière


La première manifestation organisée pour le 98e anniversaire du 24 avril, reconnu comme le début des massacres des Arméniens, a lieu au cimetière Zincirlikuyu sur la tombe de Faik Ali Ozansoy, gouverneur de Kutahya. Sur la tombe d’Ozansoy qui a refusé d’appliquer la décision des massacres et qui a sauvé la vie de milliers d'Arméniens, l’historien Ara Sarafian, Président de l’Institut Gomidas, venu de Grande Bretagne parle.


Apres avoir dit « Mes grands-parents aussi ont été sauvés grâce à Faik Ali Ozansoy », Sarafian arrose les fleurs de la tombe. Il y a 23 personnes qui font partie de la délégation internationale, la plupart des jeunes, de diverses nationalités et ethniquement différents.

Par rapport aux années précédentes, c’est une commémoration du 24 avril très différente, avec une solidarité internationale.

Devant le musée des Arts turcs et islamiques, pendant la commémoration, une jeune femme Rom,  Oana Mihalache, avec laquelle nous avons parlé, nous a dit : « Ce n’est pas bien connu, mais les Roms ont aussi été victimes du génocide avec les Juifs. Aujourd’hui, nous avons le même combat que les Arméniens pour le génocide et contre sa négation.»


«Pleine d’espoir et triste»


Quand j’ai demandé ses sentiments à l'Arménienne Séta Papazian [Nota CVAN : Présidente du Collectif VAN], venue de France, elle a répondu « [mes sentiments] sont intenses et multiples, je suis à la fois pleine d’espoir et triste », mais elle veut couper court à la phase sentimentale. « Nous sommes ici pour des raisons politiques » dit-elle et commence à expliquer : « C’est notre pays où sont morts 1,5 millions d’Arméniens, nous sommes venus pour commémorer un monde perdu. Au 21e siècle, il ne peut y avoir d’écoles Talaat Pacha, ni des avenues Talaat Pacha [Nota CVAN : Talaat Pacha est le « Hitler » turc]. Comment pouvez-vous présenter les assassins comme des héros ? Votre héros devrait être par exemple Faik Ali Bey ».

Les amis de la vérité
 
Un étudiant en droit, Georgi Ambarzumjan, un autre Arménien de 26 ans faisant partie de la délégation, répond à la question « comment te sens-tu ? » : « C’est magnifique d’avoir des amis. Pas des amis des Arméniens, mais des amis de la vérité. Ce n’est pas une affaire entre Arméniens et Turcs, c’est une affaire entre le bien et le mal ». Et quand on lui demande ses attentes pour 2015, il répond « 2015 n’a pas tant d’importance pour moi. Ce qui est important, c’est la liberté d’expression des gens. Que les gens puissent faire, sans avoir peur, des recherches sur le passé et en parler ».

 
Traduction du turc H.E. et N.A.T pour le Collectif VAN

0 Comments:

Post a Comment

<< Home