Ce blog vient en complément du site du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] (www.collectifvan.org). Le Collectif VAN lutte contre le négationnisme d'Etat de la Turquie qui, près d'un siècle après les faits, refuse toujours de reconnaître le génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes.

Friday, October 15, 2010

Antoura : un orphelinat ou un camp d’extermination d’enfants ?


Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Plus de 95 ans après le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman, des descendants de rescapés continuent leur quête inlassable du fil rompu de leur l’histoire. Ce faisant, ils deviennent à leur tour des passeurs, des transmetteurs de mémoire pour laisser aux générations suivantes la connaissance du passé. Maurice Missak Kelechian est de ces hommes-là. Arménien du Liban, il a entrepris, depuis 2005, un véritable travail de ‘fouilles historiques’ en révélant l’histoire méconnue de l’orphelinat d’Antoura, situé dans les murs du Collège Français St. Joseph d’Antoura au Liban. En 1915, l'orphelinat était dirigé par Djemal Pacha, l'un des responsables du génocide arménien, et par la première féministe de Turquie, Halide Edip Adivar, qui étaient tous deux chargés de turquifier les orphelins arméniens. Les enfants ont été systématiquement privés de leur identité arménienne, on leur donnait des noms turcs, on les islamisait de force et ils étaient sauvagement battus si on les entendait parler arménien : tous ces faits répondent à la définition de l'ONU sur le Génocide. Missak Kelechian rapporte également les souvenirs d’un rescapé qui avait témoigné de ses conditions de vie dans un livre : « La seule chose à laquelle pensaient les orphelins était la nourriture. Poussés au désespoir, ils ramassaient souvent les os de leurs amis morts, les réduisaient en poudre et les diluaient dans des soupes comme nourriture pour survivre. » Alors Antoura était-il un orphelinat ou un camp d’extermination pour enfants ? Le Collectif VAN vous propose la traduction du discours prononcé le 22 septembre 2010 par Maurice Missak Kelechian, lors de l’émouvante cérémonie qu’il a initiée au Collège St. Joseph d’Antoura - grâce au soutien de nombreux mécènes -, « pour aider ses héros à reposer finalement en paix ».

Mon voyage d‘amour

Mon voyage d'amour a commencé en 2005 en voyant une simple photo dans le livre de Stanley Kerr "Les Lions de Marach", qui montrait un groupe avec Djemal Pacha et une note indiquant : "Djemal Pacha, Commandant de la Quatrième Armée turque avec Halide Edib, sur les marches du Collège Français à Antoura, Liban."

Ma passion pour l'histoire arménienne moderne venait de décoller et la découverte d'un morceau de cette histoire dans ma propre arrière-cour était surréaliste ! Et en un rien de temps, je m'embarquais dans une incroyable histoire tue.

J'ai sauté dans ma voiture désirant identifier l'emplacement de l'orphelinat de la photo. Antoura, pour beaucoup de familles libanaises, est un bel endroit où l’on emmène les enfants se promener et prendre un bon bol d’air. Elles ne pouvaient imaginer que sous peu, cela leur couperait le souffle !


Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

Antoura : un orphelinat ou un camp d’extermination d’enfants ?

0 Comments:

Post a Comment

<< Home