Ce blog vient en complément du site du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] (www.collectifvan.org). Le Collectif VAN lutte contre le négationnisme d'Etat de la Turquie qui, près d'un siècle après les faits, refuse toujours de reconnaître le génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes.

Monday, November 19, 2012

Turquie : fouilles à Ani, capitale du royaume arménien


  Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Les archéologues prévoient de reprendre les fouilles l’année prochaine à Ani, une ancienne ville arménienne située dans la province orientale de Kars, et qui est depuis longtemps considérée comme l’un des sites touristiques les plus impressionnants de Turquie. ». Alors que la Turquie moderne laisse à l’abandon, depuis des décennies, le fabuleux patrimoine architectural des Arméniens, une nouvelle orientation se confirme depuis la rénovation de l’Eglise d’Aghtamar en 2007 : est-ce par souci de policer l’image d’une Turquie qui a sciemment détruit ou laissé se dégrader les églises, monastères et cimetières arméniens, ou bien pour récupérer la manne touristique que l’afflux de visiteurs engendrerait, toujours est-il qu’après la restauration de l’Eglise d’Aghtamar, sur le lac de Van, après le lancement en 2011 de la rénovation des églises d’Ani, des fouilles vont désormais débuter à Ani, capitale du Royaume d’Arménie vers l’an mille.

Mais ce qui est le plus intéressant à noter dans la dépêche de l’Agence de presse Anatolie, reprise sur le site d’un journal connu pour ses penchants nationalistes, c’est le nombre de mentions de l’identité arménienne de Ani, présentée (à juste raison) comme étant la « capitale d’un Royaume médiéval d’Arménie, qui s’étendait sur la majeure partie de l’Arménie d’aujourd’hui et de la Turquie orientale ». Ce discours étonnant va à l’encontre de la propagande officielle qui gomme, depuis l’avènement de la République de Turquie, l’existence des royaumes d’Arménie précédant les invasions turques. Décrivant Ani, l’auteur note que « ses nombreux bâtiments religieux, ses palais et ses fortifications faisaient partie des ouvrages techniquement et artistiquement les plus avancées dans le monde à cette époque ». Il faut bien entendu, vérifier si ce discours « arménophile » correspond aux articles publiés en turc par Hurriyet : on s’en souvient, le journal avait jeté Hrant Dink en pâture aux nationalistes de Turquie…

Souhaitons qu’à l’occasion de ces travaux universitaires, les autorités turques mettent en place une surveillance du site, actuellement livré aux pilleurs de tombes et aux chasseurs de trésors, une activité hélas appréciée en Turquie où les villageois recherchent les richesses qui auraient été enterrées par les Arméniens, avant leur déportation vers les camps de la mort en 1915… Rappelons aussi que la Cathédrale arménienne de la Sainte Vierge à Ani avait été profanée le vendredi 1er octobre 2010, par des centaines de nationalistes (MHP), autorisés par le gouvernement AKP de Recep Erdogan à y faire leurs prières islamiques... Devlet Bahceli, le leader du parti turc d’extrême-droite, avait dit que ce « namaz » était organisé en signe de protestation contre la liturgie qui s’était tenue le 19 septembre 2010 en l’église arménienne Sourp Khatch d’Aghtamar (Lac de Van, dans l’est de la Turquie).

Une chose n’est pas précisée dans l’article ci-dessous : les richesses archéologiques découvertes lors de ces fouilles ne devraient-elles pas revenir à l’Arménie actuelle (située juste de l’autre côté de la frontière) ? Après tout, si le ministre turc de la Culture estime que les céramiques d’Iznik exposées au Louvre doivent retourner en Turquie, ne serait-il pas logique que les antiquités de l’ancien royaume arménien découvertes lors de ces fouilles, reviennent à l’Arménie ?

Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais paru sur le site turc Hurriyet Daily News le 26 octobre 2012.



Hurriyet Daily News

Légende photo : Ani fut un jour la capitale d’un Royaume médiéval d’Arménie, qui s’étendait sur la majeure partie de l’Arménie d’aujourd’hui et de la Turquie orientale. Photos AA

Bientôt de nouvelles fouilles des ruines de la ville d’Ani

KARS - Anatolia News Agency

26 octobre 2012

Ani, une ville arménienne inhabitée et en ruines, située dans la province orientale de Kars en Turquie, à la frontière arménienne, va faire l’objet de nouvelles recherches universitaires, afin de mieux présenter le site aux visiteurs

Les archéologues prévoient de reprendre les fouilles l’année prochaine à Ani, une ancienne ville arménienne située dans la province orientale de Kars, et qui est depuis longtemps considérée comme l’un des sites touristiques les plus impressionnants de Turquie.

Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

Turquie : fouilles à Ani, capitale du royaume arménien

0 Comments:

Post a Comment

<< Home