Ce blog vient en complément du site du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] (www.collectifvan.org). Le Collectif VAN lutte contre le négationnisme d'Etat de la Turquie qui, près d'un siècle après les faits, refuse toujours de reconnaître le génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes.

Monday, February 04, 2013

Azerbaïdjan : un écrivain accusé de « sympathie pour les Arméniens »

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L'hystérie anti-arménienne continue de se développer en Azerbaïdjan suite à la publication du roman « Rêves de pierre » de l’écrivain azéri Akram Aylisli qui y raconte les massacres d'Arméniens de 1919, à Akoulis au Nakhitchevan, puis à Soumgaït et Bakou en 1988 et 1990. L’écrivain azerbaïdjanais, lauréat de prix décernés par l’Etat, est accusé de « sympathie pour les Arméniens » et de vouloir « obtenir un prix Nobel, tout comme Orhan Pamuk [écrivain turc] qui a reconnu le génocide arménien ». Le poète Yagoub Moussa estime que de sombres nuages se profilent au-dessus de la tête de son compatriote Aylilsi, soupçonné d’être d'origine arménienne puisque né au Nakhitchevan dans un village encore peuplé d'Arméniens il y a seulement quelques décennies. Sans s’émouvoir outre mesure de leurs propres contradictions, les autorités azerbaïdjanaises qui prétendent qu’il n’y a jamais eu d’Arméniens au Nakhitchevan et au Karabagh, affirment désormais que toute personne (originaire de ces régions) qui prendrait la défense des Arméniens serait forcément elle-même d’origine arménienne, ces districts ayant été peuplés d’Arméniens dans le passé… Le Collectif VAN vous présente la traduction d’un article en anglais publié sur le site Panorama.am le 1er février 2013.



Panorama.am

01/02/2013 - 18:52

Écrivain azerbaïdjanais : le roman vise à montrer du repentir pour nos actes

L'hystérie anti-arménienne continue de se développer en Azerbaïdjan dans le cadre de la publication du roman «Rêves de pierre» écrit par l’écrivain Akram Aylisli qui raconte les massacres d'Arméniens au Nakhitchevan au début du XXe siècle et à Bakou à la fin du même siècle. L’écrivain azerbaïdjanais, lauréat de prix décernés par l’Etat, a été accusé de « sympathie pour les Arméniens ». La jeunesse pro gouvernementale s’est rassemblée devant sa maison. Les jeunes ont brûlé ses portraits et ont crié des slogans anti-arméniens.

Le site Aznews.az a mené une enquête auprès de critiques littéraires azerbaïdjanais et de personnalités publiques. Il s'est avéré que la plupart d'entre eux n’avait même pas lu le livre. Ceux qui l’avaient lu ont refusé de le commenter. Pendant ce temps, le poète azerbaïdjanais Yagoub Moussa estime que de sombres nuages se profilent au-dessus de la tête d’Aylilsi. «Je pense qu'il s'agit d'une campagne organisée intentionnellement contre Akram. Quelque chose se prépare contre lui », a déclaré Musa Yagoub.


Lire la suite sur le site du Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)

0 Comments:

Post a Comment

<< Home